Collectif critique

Plaidoyer pour François Hollande

et plus généralement pour l’art du pied de nez politique

Mis en ligne le 20 octobre 2016

Les voici tous à brocarder François Hollande pour ses propos tenus à deux journalistes [1]. A commencer par ceux qui hier encore plastronnaient, brandissant les petites phrases et grandes photos d’un Hollande déterminé à être candidat à la présidentielle de 2017, donc à accepter la primaire socialiste. Discours de Wagram, « Je suis prêt » à la une de l’Obs, clins d’œil indiquant son « envie »... Ils étaient enfin rassurés tous celles et tous ceux qui sont sûrs de l’importance pour leur propre intérêt que Hollande y aille. Y compris pour être défait.
Elle est fort hétéroclite la chaîne des experts en coups tordus : Marine Le Pen veut que Sarkozy soit candidat, qui veut que Hollande soit candidat... Et Jean-Luc Mélenchon aussi. Dans la perspective de la primaire du PS, les uns pariant que face à lui ils peuvent gagner, les autres pensant qu’il ne peut pas perdre.
Drôle de jeu !
Nombreux sont ceux qui considèrent qu’elle est jouée l’affaire sérieuse : la gauche est disqualifiée, le deuxième tour ce sera entre le Front national et la droite. Donc reste à savoir si le candidat de celle-ci, le futur président, sera Sarkozy ou Juppé. La question va être tranchée dans l’insipide primaire de la droite, donc au sein d’un électorat dont on ne connaît pas le périmètre, mais dont on sait qu’il ne sera en rien représentatif de la population. D’où, symptôme du trouble, ce fantasme que ce pourraient être des électeurs de gauche allant voter à la primaire de la droite qui pourraient peser sur son résultat. C’est dire où en est notre prétendue démocratie représentative !
Dès lors que tout le reste n’a guère d’importance, n’est-ce pas François Hollande qui a raison de s’en jouer ? A coup de confidences provocatrices le voici jetant par dessus les moulins le pesant accoutrement présidentiel.
Alors qu’à l’égard des juges Sarkozy n’avait su lancer qu’une minable insulte (les « petits pois »), François Hollande accuse l’ensemble de l’institution de « lâcheté ». Résultat assuré : sursaut outragé de la haute magistrature, s’ensuit une lettre, présidentielle, non d’excuse, mais de regret, d’avoir blessé ces braves gens...
Consternation générale côte socialiste. Bartolone s’interroge sur les vraies intentions du Président, Le Guen, Cambadélis, Valls, Ayrault, etc. de concéder que le Président parle trop, surtout aux journalistes. Un appel de soutien à Hollande signé par 170 députés, 90 sénateurs, 75 premiers fédéraux, était sur le feu, cuit à point : on arrête tout ! [2]
Valérie Trierweiler avait apporté quelques éclairages sur la question de savoir qui est François Hollande [3]. Normal, un homme qui non seulement s’est voulu président de la Vème République, mais qui contre tout pronostic y est parvenu. Et ce, précisément en se présentant comme normal : pas seulement différent de Sarkozy (facile), mais comme Monsieur tout le monde : « faites de moi votre président parce que je suis comme vous » (proprement incroyable !)...
Et d’aucuns continuent à accuser cet homme de « trahison », alors que c’est lui qui nous révèle son art du trompe l’œil.
Il réussit ce qu’aucun de ses prédécesseurs n’a fait, ni aucun rival ne saurait oser : montrer ce que sont les barreaux de l’échelle qui permet d’accéder à la présidentielle... en les sciant. Bravo l’artiste !
Les tropismes monarchistes de la Vème République conduisent à distribuer les noms des présidents à des aéroports, des stations de métro, des places, des musées... Gardons celui de François Hollande pour un futur Palais des illusions (en les souhaitant perdues)...

Notes :

[1Gérard Davet et Fabrice Lhomme, Un président ne devrait pas dire ça (Stock)

[2Cf. Mediapart, Lenaig Bredoux et Christophe Gueugneau, « Hollande désespère ses fidèles, un plan B est envisagé »

[3Valérie Trierweiler, Merci pour ce moment (Éditions des arènes).

Pour citer ce texte : "Plaidoyer pour François Hollande", Collectif critique, 20 octobre 2016, URL : http://collectifcritique.org/spip.php?article27

Ecrire un commentaire :

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.